Le jour de l'œuf

Publié le par la.maman.oiseau

Bonjour les gens.

 

Maman Oiseau Perec est parmi vous ce matin…

 

Je me souviens de la première fois sans filet. La bonne. Et puis non, la mauvaise.

Je me souviens du premier test. Négatif. Puis du second positif, puis finalement non, négatif.

Je me souviens des premiers symptômes. Tellement vrais, mais finalement tellement faux, menteurs.

Je me souviens du premier coup de fil au labo, et du chiffre : 68. De ma joie, et celle de Papa Oiseau. Puis de notre déception à venir, amère.

Je me souviens des échographies, toutes plus vides les unes que les autres, jours après jours.

Je me souviens du taux qui grimpe, pourtant seul et sans signification.

Je me souviens de l'attente. Sans fin. Des heures, des jours, pendant plus d'un mois, aux urgences de l'Hôpital T. 

Je me souviens de la misère, du vétuste, des femmes en souffrance.

Je me souviens du jour où j'ai compris. Du jour où j'ai pleuré à gros sanglots dans la rue, cachée derrière un bâtiment.

Je me souviens du Cytotec. Des contractions et de la douleur. Des larmes et de la détresse.

Je me souviens de mon vingt-cinquième anniversaire. Le jour où je suis devenue adulte pour de bon. Le jour où j'ai eu l'impression de vivre une nouvelle naissance, dans la souffrance et la solitude. Le jour où j'ai vraiment su que je voulais être maman, plus que tout. 

 

42-15377538.jpg

Publié dans Grossesse - etc.

Commenter cet article

GreenWitch 18/02/2011 21:07


c'est en effet bien écrit et ça remue. c'est une dure épreuve.


la.maman.oiseau 18/02/2011 22:21



Rude épreuve, oui. Mais je me dis que sans cet œuf clair, je n'aurai pas eu cette géniale petite fille… Mais ça reste un très mauvais souvenir dans mon esprit, et je reste persuadée que tout ce
qui touche de près ou de loin à la maternité nous atteint beaucoup plus fort que le reste. Alors ça marque un peu.



virginie B 18/02/2011 13:07


il est très joli ton billet !


la.maman.oiseau 18/02/2011 13:29



C'est gentil. Merci beaucoup !